Editos

Le pays du Matin calme

La Corée du Sud est souvent appelée ainsi. Pourtant vous n’y trompez pas, rien n’est si calme dans ce pays. Il est en perpétuel mouvement. Vous y trouverez un art de vivre ancestral qui cohabite sereinement avec un modernisme des plus débridé.

Qui d’entre vous n’a jamais entendu parler des téléphones Samsung Galaxy, du constructeur automobile Kia et de sa garantie constructeur de 7 ans, des téléviseurs LG, de la BB crème, de la fameuse danse du « Gangnam Style » et dernièrement de la K-pop ? 

Mais qui connait le Han style ? Les autres aspects de sa culture, comme le Hangeul (l’alphabet coréen), le Hansik (la gastronomie coréenne), le Hansori (la musique traditionnelle), le Hanji (le papier traditionnel coréen), le Hanbok (le costume traditionnel coréen) et la Hanok (la maison traditionnelle coréenne). En Corée, ces six symboles culturels mentionnés ci-dessus sont collectivement désignés sous le terme de Han style.

L’Association Culture Coréenne « ACC » avec l’aide de l’Equipe du festival , présidés pour l’occasion par Monsieur Dominique Desaix, Consul honoraire de Corée à Rouen, et une centaine d’artistes coréens, musiciens, danseurs, artisans et sportifs, seront ravis de vous faire découvrir cette facette de la culture coréenne pendant le festival « Korea Live » qui aura lieu à Rouen du Mercredi 29 Aout au Dimanche 2 Septembre. Il s’agira de notre 5ème édition de la culture coréenne après une première à Dresde en 2014, en tant que plus grand festival coréen jamais organisé en Allemagne, puis la quatrième l’an dernier à Honfleur qui a eu autant de succès.

Pour cette occasion, je tiens à remercier spécialement la ville de Rouen pour son soutien indéfectible, qui nous met à disposition ses rues, ses places et la « Halle aux Toiles » pour y accueillir nos artistes qui viendront spécialement de Corée du Sud pour cet évènement. Ils seront également accompagnés par des artistes coréens vivant en France.

Pendant ces 5 jours, la ville de Rouen va vivre au rythme coréen à travers sa musique, ses danses, ses spectacles, ses peintures, ses sculptures, ses poteries et son artisanat. Les artistes inviteront les visiteurs à participer à leur atelier de démonstration.
Venez nombreux !

Jacques Bruxelle 
Président de l’Association Culture Coréenne (ACC)

SEOUL SUR SEINE... SEOUL EN SCENE… 


Après Dresde et Honfleur, le Festival Korea Live prendra ses quartiers de fin d’été à la Halle aux Toiles de Rouen. Du 29 août au 2 septembre 2018, les Rouennais et plus largement le public normand, auront l’occasion de découvrir des plasticiens, des musiciens, des danseurs et des artisans venus de Séoul et de ses environs.

Une raison historique, Rouen a toujours su attirer les peintres venus d’ailleurs et un constat plus contemporain, Rouen a constamment voulu s’ouvrir au Monde, ont tout naturellement conduit les organisateurs de l’exposition, à choisir la métropole normande pour accueillir cette nouvelle édition du Festival.

Chacun se souvient en effet que dès le XIXème siècle dans le cadre d’un périple le long de la Seine, des peintres anglais comme Bonington et Turner, firent escale dans notre ville et sublimèrent sa lumière.

Tout le monde s’accorde à dire que le mouvement impressionniste fut le fait, certes, de peintres normands comme Monet, Lépine, Dufy, Braque, mais aussi de peintres originaires d’autres régions de France, comme Pissarro, Manet et Gauguin.

Forte de cette tradition d’hospitalité, il ne faisait aucun doute dans l’esprit des organisateurs du festival que la ville aux cents clochers réserverait le meilleur accueil aux artistes coréens. J’espère que ces derniers, comme leurs illustres prédécesseurs, apprécieront la qualité de vie et même l’art de vivre à la rouennaise et qu’ils deviendront nos meilleurs ambassadeurs dans leur pays natal.

Si nul n’ignore que Rouen est une capitale régionale résolument ouverte sur le monde, ce que l’on sait moins, c’est que la ville a toujours été pionnière dans les relations avec la République de Corée. Dans le domaine éducatif notamment, notre cité peut légitimement s’enorgueillir d’avoir été l’une des premières en France, à implanter, dès les années soixante une école coréenne, puis deux et trois décennies plus tard, à donner à ses étudiants et à ses lycéens la possibilité quasi exclusive d’étudier la langue coréenne.

Je forme le voeu, dans un contexte international trouble et incertain, que ce festival puisse permettre aux visiteurs, de découvrir plusieurs aspects significatifs de la culture coréenne et de trouver dans la contemplation des oeuvres exposées et des spectacles proposés, ne serait-ce que quelques instants, le bonheur, la paix et la sérénité.

Un dicton séoulite, emprunté au dernier ouvrage de J.M.G. Le Clézio, dit « On se retrouvera un jour sous le ciel de Séoul ». J’espère de mon côté que nous retrouverons un jour nos amis coréens sous le ciel de Rouen.

Qu’il me soit permis, en guise de conclusion, de remercier très chaleureusement, tous les artistes, les bénévoles, Monsieur Yvon Robert, Maire de Rouen, Madame Karine Divernet, Responsable de la communication et Messieurs Cha-Yong Son et Seunghwan Son, les porteurs du projet, sans l’aide et l’engagement desquels, cet événement n’aurait pu voir le jou. 

Dominique Desaix

Consul Honoraire de la République de Corée
Directeur général du festival